Lire la suite du billet

mardi 15 avril 2014

Anaya el youm je m'en fout puisque plus rien n'est resté debout et pas plus de gardes fous

samedi 12 avril 2014

Zoukh a dit : si tu votes pas, le logement li Nanak trouh !!

صوتو تشفتشافا ،هههها... هاد البنادم زيدلو قايد صالح82سنة،بوتشبتشاقة اللي خرف ،تعطيك بلاد ميكي،

pour comprendre la photo du pistachier, voir el watan

Pour le titre du billet, au cas ou vous ne suivez pas régulièrement la passionnante actualité algérienne, il suffit de cliquer sur cette vidéo de chouf chouf

-l'Histoire des palmiers d'alger, mes premières interrogations

-Quelques réponses apportés depuis par le Quotidien français le Monde, pendant que les Algériens s'en foutent royalement aussi bien des palmiers que du reste

vendredi 11 avril 2014

Grotesques gestuelles et fiels ministériels pour un funeste rituel

L'Inquiétante Une d'El Watan est elle exagérée ?

Notes perso : au delà de toute manipulation partisane ( en algérie, manipulation partisane veut dire clan du pouvoir contre un autre clan du meme pouvoir ) il ne faut pas attendre une alarmante page une d'un quotidien pour s'inquiéter de ce qu'on constate déjà et sans devoir lire aucune presse ou apprendre quelque chose d'un quelconque média,

le sans précédent d'un candidat absent pour une élection, présidentielle par dessus le marché, justifie toutes les inquiétudes, alors si on commence à voir le chamboulement géopolitique à travers le Monde et précisement dans notre région, on peux penser que rien n'est du au hasard et que tout est bien préparé pour....le pire.

A la une Actualité Le mandat de toutes les inquiétudes

Ils ont une entreprise, sont au chômage, s’engagent dans une association... Tous expriment la même crainte : le 4e mandat ne réglera pas la crise de système. Il ne permettra pas d’affronter les importants défis, internes et régionaux, qui attendent le pays. Il risque même d’hypothéquer notre souveraineté et la cohésion de l’armée et de la société au nom de l’intérêt suprême : le contrôle de la rente, seule logique économique et politique.

Les jeux sont faits. Tout le monde a compris que le scrutin était plié, le 4e mandat acquis, l’histoire préemptée. Aux propos alarmistes tenus par la classe politique – Ali Fawzi Rebaïne a estimé que le refus du pouvoir de tout dialogue sérieux avec les forces de l’opposition fait «courir le plus grand risque au pays», Karim Tabbou a qualifié le scrutin de «stérile et infécond», d’«opération de confiscation du temps», Karim Younès a prévenu qu’une «dérive risquait d’entraîner le pays dans le chaos»…– se greffe une actualité particulièrement anxiogène.

CONTINUEZ L ARTICLE D EL WATAN

jeudi 10 avril 2014

Tensions graduelles, caricatures et images irréelles avant les présidentielles

mercredi 9 avril 2014

Les Musulmans subissent un vrai cyclone, c'est la ZONE,bons à mitrailler avec des drones

Je n'ai jamais rien compris encore moins accepté de ce qui s'est passé au Pakistan et ce qui se passe toujours d'ailleurs aujourd'hui, une chose que j'ai toutefois bien assimilée, ce pays est un résumé de ce qu'il ne faut pas faire, à savoir s'allier avec les USA sous pretexte de 'neutraliser' un rival, à savoir le puissant Etat Indien, et surtout s'enticher d'idées obscurantistes, c'est à dire, appliquer la religion pour une finalité politicienne

moralité de cette histoire Pakistanaise, le peuple est devenu entretemps bien ignorant, par rapport avec son "frere siamois" les populations indiennes dans leur ensemble y compris musulmannes,

ignorant au point de se voir attaquer -collectivement et à distance svp- par leur propre allié américain avec utilisation des derniers joujous technologiques, c'est à dire les drones,

ignorant encore, et bien naif, pour dresser une image géante d'un enfant en guise de défense, je ne sais pas si c'est vraiment utile à part faire pleurer dans les chaumières....occidentales,parce que en attendant, les peuples musulmans n'ont pas l'air de situer ce Pakistan sur une carte encore moins l'endroit exacte de ces mains criminelles guidant à distance ces drones sataniques.

ignorant définitivement, en apprenant qu'israel vient de lancer un satelitte espion, pendant que les peuples arabes s'amusent à faire le voyage en supersonique pour revenir à l'age de pierre.

INNOCENCE – Un portrait géant d’enfant pour arrêter les attaques de drone

Vus d'un drone, les êtres humains prennent la taille d'insectes insignifiants. Mais l'action de celui qui appuie sur la détente est, elle, tout sauf insignifiante. Pour que le tireur n'oublie pas cette réalité, un collectif d'artistes a déployé le portrait géant d'un enfant en plein milieu d'un champ situé dans la région pakistanaise de Khyber Pukhtoonkhwa, régulièrement soumises aux attaques de drone.

Selon ses organisateurs, regroupés sous le hashtag Notabugsplat — nom tiré de l'expression bug splat, qui fait référence au bruit d'un insecte écrasé et qui serait utilisée par les pilotes de drone —, cette opération, réalisée avec l'aide du Français JR, a pour objectif de sensibiliser les opérateurs de drone au coût humain et aux dommages collatéraux que peuvent causer leurs attaques de cibles au sol. Désormais, à travers la caméra de son drone, l'opérateur ne voit pas un point anonyme sur le paysage, mais le visage d'un enfant. Resté anonyme, celui-ci aurait perdu ses parents et deux de ses frères dans une attaque de drone.

suite de l'article sur bigbrowser

Etats d'Âmes d'un vieux chroniqueur ( canadien ) sur l'inexistence des gouvernements

Notes perso: juste un petit chapitre glané sur internet qui n'est donc pas de moi, mais résume parfaitement mes pensées concernant la chronique du vieux journaliste canadien qui feigne de faire croire qu'il n'est au courant de rien, c'est suite à mon billet précédent billet

" Je crois que les politiques sont dépassés par quelque chose qu'ils ne comprennent plus. Le monde qui s'ouvre devant nous est trop dominé par une pensée unique qui réagit sur un mode obsolète. Le mythe de la croissance, du plein emploi est caduque et tant que les gouvernants resteront sur ce dogme ils échoueront. Je ne sais pas ce qu'il faut faire, sinon commencer par soi-même."

L'attente est d'environ 12 heures dans les hôpitaux. Si dans quatre ans elle est de 10 heures, ce ne sera pas grâce aux libéraux. Si, inversement, elle est de 14 heures, ce ne sera pas de leur faute non plus. Au fait, ça change quoi, 10, 12 ou 14?

Ce qu'on souhaiterait, c'est, comme dans n'importe quel pays civilisé, une attente de deux ou trois heures. Cela n'arrivera pas dans les quatre prochaines années. Pourquoi?

Je ne sais pas. De toute façon, ceci n'est pas une chronique sur le système de santé. Ceci est une chronique pour dire que vous allez voter lundi pour ne rien changer. Si, quand même: pour changer l'équipage du train. Et lorsqu'il s'ébranlera mardi matin, le train et son nouvel équipage iront où ils seraient allés anyway si vous aviez élu les péquistes ou les caquistes.

Ceci est aussi une chronique pour dire que je vais bientôt mourir et que deux fois seulement dans ma vie, on m'aura demandé de voter pour une destination. Les deux référendums. Toutes les autres fois, on m'a demandé de voter pour le chauffeur de la locomotive qui, de toute façon, ne chauffe rien. C'est le petit personnel, les fonctionnaires, qui fait avancer le train.

suite de la chronique sur le journal la presse du canada

mardi 8 avril 2014

Vivre à Paris et voter Bouteflika juste pour gagner 50 euros

Pourquoi les gens ne se révoltent pas ?

Notes perso: à la lecture du titre du billet, tout un chacun penserait immédiatement à la situation de notre pays avec des elections en forme d'épée de Damoclès, en fait le texte suivant résume à mon sens parfaitement le contexte et le supposé "léthargique" état non pas seulement des Algériens mais de tous les peuples en général

on s'est trompé sur deux choses fondamentales, non seulement ce sont les peuples d'occident qui sont les premiers sommés de faire des révolutions à cause de l'arrivée à terme de leur civilisation, et qui ont du mal à les déclencher malgré les manifs à répétition contre les "austérités" et autres dégradations,

on s'est également trompé sur le fait d'avoir donné l'adjectif de "révolutions" à des printemps arabes tout justes des révoltes parfois outrageusement manipulées, sinon à des redécoupages géopolitiques bien reflechis sauf par les peuples eux memes perdus encore plus que les occidentaux puisque n'ayant meme pas le strict minimum garanti

moralité pour nous autres algériens, qu'on fasse une "nouvelle révolution" à la manière du printemps arabe version tunis, tripoli, damas ou le caire, ou qu'on reste tranquilles à la marocaine ou à l'occidentale, on aura presque le meme résultat qu'on le veuille ou pas, notre vin est déjà tiré, on est pas dans la merde !

Voilà une question que se posent nos dirigeants et analystes depuis quelques années sans vraiment trouver de réponses. Est-ce que les gens sont vraiment stupides ? Est-ce qu’ils ne se rendent pas compte des actions du gouvernement ? Est-ce que nous sommes tous devenus de simples moutons ? Nous voyons chaque jour nos capacités (liberté d’expression, pouvoir d’achat, instruction…) diminuer et pourtant aucun (ou très peu d’entre-nous ne réagissons). Quelques uns lisent les sites des ré-informations, les plus audacieux les écrivent, les héros vont se tenir debout devant les administrations… MAIS est-ce que nous voulons VRAIMENT changer notre société ?

Pour comprendre il faut prendre de la hauteur. Et regarder ce qu’est une révolte. Une révolte, une révolution est un mouvement communautaire. Même si, dans bien des cas, une personne d’exception se révèle dans ces mouvements, elle ne peut à elle seule être le mouvement. Lorsque je dis communautaire, il ne s’agit pas communautarisme mais de défendre une cause commune, d’avoir un but, un objectif, (dans le meilleur des cas) un idéal à construire ensemble. Et le point important n’est pas l’objectif mais bien le fait d’être et agir en commun, ensemble. Or, depuis une centaine d’années c’est justement ce qui a été le plus attaqué par nos penseurs et dirigeants. Le Bien commun a disparu devant le Bien particulier , puis devant le bien individuel et enfin devant les biens de consommation.

La grande guerre, la tuerie de 1914-1918 fut exemplaire pour plus d’un titre dans le changement radical de notre société et même si elle n’a pas été présente dans tous les pays de la planète,

continue la lecture du texte