jeudi 23 janvier 2014

l'Algérie entre Année du Cheval et l'année de la ( Re ) election, finie la récréation ?

Notes perso: à propos de ce sujet, je préfère autant laisser Kamel Daoud se masturber l'esprit, le mien est trop gelé en ce moment, pensez donc, l'année du cheval qui s'annonce chez le Chinois, et d'après leur calendrier millénaire,l'année du cheval est un bon cru, un bon signe donc.....

on savait que Bouteflika a toujours eu de la Baraka, mais à ce point la....

«Ali la Fuite» et le cheval de Reagan

par Kamel Daoud,lequotidien-oran

«C'est une machine». Elle est avec le «debout » même quand il est couché à Paris. Il pleut sur Oran. Dans le taxi, la radio algérienne : elle chante déjà en boucle l'éloge d'El Aziz. Ses Injazates, réalisations, travaux d'Hercule, triomphes. On fait intervenir des citoyens anonymes qui parlent d'avant son avènement : pire, sans eau, sans paix, sans routes. Et avec lui ? « Il nous a tout apportés ».

Conception misérable des premiers décolonisés affamés : ils ne croient pas que c'est leur pays qui les abrite et accueille, mais que ce qu'ils mangent ou possèdent est le don de celui qui les commande. En politique, c'est l'exacte définition du féodalisme : le seigneur est remercié parce qu'il donne à manger et protège le serf humble et écrasé. Les gens n'ont pas conscience que Bouteflika ne nous donne rien de sa poche et que ce n'est pas générosité de sa part que de faire son boulot.

Et que c'est notre pays, nous, nos ancêtres et nos martyrs et notre histoire : il est payé pour être Président et il ne nourrit pas de sa poche et qu'on juge un président au lieu de se courber à le remercier. Passons. Le détail est que toute propagande est enfermée dans son monde et bascule dans le ridicule sans le savoir : l'un des messages revenu en boucle dans la radio était la voix émue d'un Algérien qui remerciait « lui » pour ses réalisation en matière de santé et d'hospitalisation.

Un moment de silence, puis brusquement, l'éclat de rire du chauffeur du taxi qui n'avait rien dit jusque-là: « il va se soigner en France et on nous vante ses hôpitaux algériens ? La blague ! » Sauf que la machine est déjà en marche : la propagande est en marche comme avant et sur les mêmes rythmes et discours. On a déjà voté, ô frères, il suffit d'écouter les machines du régime.

Puis, retour sur la planète Internet, pays habité par des milliers d'Algériens qui jacassent, parlent, s'insultent et confectionnent un pays avec du brouhaha et de la liberté. Sur un site,on donne la bio express de l'un des trois Amar-Chawki Amari d'El Watan l'a bien résumé-: Trois Amar (Ghoul, Saïdani, Benyounès) font tourner la meule avec un Frère, écho mineur aux trois B. Pas la bio imaginée, style APS, mais l'autre : celle qui commence en Tunisie, avec la naissance dans un village anonyme et qui passe par l'épopée du danseur « Onnagata » (acteur japonais qui joue le rôle de la femme) avant la prise en main du parti le plus important du pays.

Coup de fil d'un ami : « c'est l'épopée de Reagan », résume-il à propos de ce Amar. Oui, sauf que dans notre cas, ce n'est pas le cow-boy qui est devenu homme d'Etat, mais son cheval.

En dernier ? La bataille d'Alger : Yacif Saâdi en remake contre Drif.. etc. etc. A l'image du FLN, la bataille d'Alger s'enfonce dans la conciergerie. C'est notre misère, ô passants de mon âme. Quelqu'un se venge de notre pays, lui en veut et l'emportera avec lui. De Ali la Pointe à Ali la Fuite.

On s'imagine la nouvelle technique : l'adversaire, au lieu de dynamiter la cache des héros à Alger dans la Casbah mythique, les laisse enfermés, emmurés, s'ennuyer, puis se manger les uns les autres, se dévorer et s'insulter.

Plus que l'année du Tigre, l'année du Cheval sera caractérisée par une activité fiévreuse dans plusieurs domaines, notamment dans celui de la politique, de la vie sociale et des relations internationales. Mais comme le Cheval est plus pacifique, ou plus précisément moins agressif que le Tigre, les événements de cette année, malgré leur intensité et leur caractère spectaculaire, atteindront rarement des proportions catastrophiques. De plus, c'est plutôt la diplomatie qui aura le dernier mot dans la majorité des affaires, et tout pourra vraisemblablement rentrer dans l'ordre, parfois sans trop de bouleversements.

Qu'on songe, par exemple, aux péripéties de l'année 1978 ! La "diplomatie du bulldozer" du président égyptien Anouar al-Sadate, déclenchée par son incroyable visite en Israël, n'aurait été concevable qu'en une année du Cheval. Et pourtant, comme cela était prévisible astrologiquement, cette diplomatie n'a pas donné lieu à un changement significatif au Proche-Orient. La confrontation en Afrique entre l'U.R.S.S. et les pays occidentaux n'a pas, contrairement à ce qu'on avait craint, dégénéré en un conflit de grande envergure, et cela malgré la crise au Tchad et surtout au Zaïre.

suite article

Aucun commentaire: