mardi 25 février 2014

Aucun programme scolaire ne tient vraiment debout

Notes perso: certes ce texte n'appartient pas à la sphère algérienne mais franco française, et pourtant on pourrait très bien le transposer, c'est d'ailleurs valable pour une grande partie de pays, mais pas l'ensemble, il y 'a meme l'extreme opposé comme le Japon, la Corée et la Chine, d'ou une problèmatique des raisons à cet affaiblissement général manifeste, est ce voulu ? ( les protocoles de sage de Sion ) est ce l'ère du temps ou tout simplement l'argent corrupteur qui a tout gangréné ? on peux tout aussi supposer tout cela à la fois

j'ai une anecdote amusante concernant ce sujet, j'étais en discussion un jour avec un prof, et comme j'évoquais ce sujet de "régression", il s'est senti visé, et s'était gentiment offusqué : "MAIS NOUS LES ENSEIGNANTS ON TRAVAILLE, ET ON FAIT TOUS LES EFFORTS POSSIBLES ", je n'en doute pas d'ailleurs, une partie de mes amis sont dans le secteur, c'est à quoi je n'ai pas pu répondre cependant,les réponses spontanées n'est pas mon fort, mais alors au fait, c'est à qui la faute ?

"Aucun programme scolaire ne tient vraiment debout dans notre pays"

Littéraire de goût, de formation et de pratique, je ne me sens guère de légitimité pour parler des programmes de mathématiques et plus généralement de sciences à l'école.

Le Point.fr - Publié le 25/02/2014 à 06:05 Le mathématicien Jean-Pierre Demailly constate que les programmes scolaires sont devenus complètement incohérents. Brighelli l'a rencontré.

J'ai donc demandé à Jean-Pierre Demailly, professeur de mathématiques à l'institut Fourier (Grenoble-I), membre de l'Académie des sciences, qui a collectionné (sans le faire exprès, je peux en témoigner) les plus hautes distinctions et qui est incidemment le président du Grip, ce laboratoire des méthodes intelligentes auquel Vincent Peillon, contrairement à ses prédécesseurs, n'accorde plus qu'une aumône, de donner son sentiment sur les programmes, de la maternelle au bac.

Le Grip, outre ses manuels d'apprentissage de lecture-écriture, édite plusieurs manuels d'apprentissage des mathématiques dont tous ceux qui les ont eus en main et les ont testés sur les chères têtes blondes ou brunes - moi-même, en l'occurrence, mais aussi Natacha Polony, qui en fait grand cas pour ses propres enfants - louent les vertus. Parents, grands-parents, éducateurs, instituteurs, je vous laisse juges des décisions qui s'imposent...

Jean-Paul Brighelli : Vous avez à maintes reprises alerté l'opinion et les services ministériels sur l'épidémie d'innumérisme et de dyscalculie qui frappe aujourd'hui les écoliers français.. Quelles en sont les causes ?

suite de l'article sur le magazine le point

Aucun commentaire: