mercredi 9 avril 2014

Les Musulmans subissent un vrai cyclone, c'est la ZONE,bons à mitrailler avec des drones

Je n'ai jamais rien compris encore moins accepté de ce qui s'est passé au Pakistan et ce qui se passe toujours d'ailleurs aujourd'hui, une chose que j'ai toutefois bien assimilée, ce pays est un résumé de ce qu'il ne faut pas faire, à savoir s'allier avec les USA sous pretexte de 'neutraliser' un rival, à savoir le puissant Etat Indien, et surtout s'enticher d'idées obscurantistes, c'est à dire, appliquer la religion pour une finalité politicienne

moralité de cette histoire Pakistanaise, le peuple est devenu entretemps bien ignorant, par rapport avec son "frere siamois" les populations indiennes dans leur ensemble y compris musulmannes,

ignorant au point de se voir attaquer -collectivement et à distance svp- par leur propre allié américain avec utilisation des derniers joujous technologiques, c'est à dire les drones,

ignorant encore, et bien naif, pour dresser une image géante d'un enfant en guise de défense, je ne sais pas si c'est vraiment utile à part faire pleurer dans les chaumières....occidentales,parce que en attendant, les peuples musulmans n'ont pas l'air de situer ce Pakistan sur une carte encore moins l'endroit exacte de ces mains criminelles guidant à distance ces drones sataniques.

ignorant définitivement, en apprenant qu'israel vient de lancer un satelitte espion, pendant que les peuples arabes s'amusent à faire le voyage en supersonique pour revenir à l'age de pierre.

INNOCENCE – Un portrait géant d’enfant pour arrêter les attaques de drone

Vus d'un drone, les êtres humains prennent la taille d'insectes insignifiants. Mais l'action de celui qui appuie sur la détente est, elle, tout sauf insignifiante. Pour que le tireur n'oublie pas cette réalité, un collectif d'artistes a déployé le portrait géant d'un enfant en plein milieu d'un champ situé dans la région pakistanaise de Khyber Pukhtoonkhwa, régulièrement soumises aux attaques de drone.

Selon ses organisateurs, regroupés sous le hashtag Notabugsplat — nom tiré de l'expression bug splat, qui fait référence au bruit d'un insecte écrasé et qui serait utilisée par les pilotes de drone —, cette opération, réalisée avec l'aide du Français JR, a pour objectif de sensibiliser les opérateurs de drone au coût humain et aux dommages collatéraux que peuvent causer leurs attaques de cibles au sol. Désormais, à travers la caméra de son drone, l'opérateur ne voit pas un point anonyme sur le paysage, mais le visage d'un enfant. Resté anonyme, celui-ci aurait perdu ses parents et deux de ses frères dans une attaque de drone.

suite de l'article sur bigbrowser

Aucun commentaire: