vendredi 6 juin 2014

Por favor mon seignor j'en veux pas de ton translator

Notes perso : Normalement je devrais me réjouir en apprenant cette nouvelle découverte technologique, et pourtant quelque chose me dit que c'est une belle cochonnerie ce truc la, pour la simple et unique raison que ceux qui sont derrière cette invention ne sont motivés que par le gain, le monopole et la rente technologique, dans ce cas, autant rester comme au bon vieux temps et se contenter de se faire comprendre par des gestes,

tout ceci, si ça tenait qu'à moi évidement, hélas, dans leur immense majorité, les gens sont tellement obnubilés puis formatés par les nouvelles gadgeteries technologiques, que les (en) jeux sont déjà faits.

Microsoft vient d’annoncer que ses chercheurs ont mis au point, après dix ans de travail, avec l’aide de sa filiale Skype, un logiciel de traduction orale simultanée, sous le nom de Skype Translator. Ce logiciel, qui permettra un jour de parler dans une langue et d’être entendu dans une autre, n’a pour l’instant été expérimenté que de l’anglais vers l’allemand et le chinois, sous forme de sous-titres lors de vidéo-conférences.

Ce projet rejoint l’idéal utopique d’une communication générale de tous les humains, dans le village planétaire, sans pour autant faire disparaître la diversité des langues, telle qu’elle existait avant que la tour de Babel ne sépare les hommes ; et telle que la rêvent encore les auteurs de science-fiction, comme Gene Roddenberry, qui en prête le pouvoir au capitaine du vaisseau Enterprise, dans l’univers de Star Trek.

De fait, à quoi cela servira-t-il vraiment ? Difficile à dire : l’histoire nous apprend que les hommes se sont toujours trompés sur le rôle véritable des nouvelles technologies de communication. Ainsi, chacun pensait, au moment de leur apparition, que l’imprimerie, le gramophone, le téléphone, la radio, la télévision, ou l’ordinateur ne feraient que renforcer les pouvoirs des seuls puissants du moment. Cela ne fut jamais le cas.

Aujourd’hui, certains imaginent aussi qu’on utilisera d’abord la traduction simultanée pour renforcer les moyens de l’économie de marché, et en particulier pour commercer et jouer en ligne avec des gens du monde entier ; que cela servira surtout au marketing, à la publicité, au service des marchés légaux ou criminels, et à quelques prédicateurs, imprécateurs terroristes, entraîneurs de foules, histrions ou hommes politiques qui pourront ainsi échapper au confinement de leur langue, pour électriser la planète entière.

Plus encore, à supposer qu’elle puisse vraiment être mise en œuvre, une telle technologie enfermera chaque peuple dans sa langue, n’échangeant plus que par des traductions, faites par des voix automatiques. Les langues se nourriront moins les unes des autres ; chacune se figera et mourra, ou n’évoluera qu’à l’intérieur d’elle-même. Et on perdra une source majeure d’éveil de l’intelligence, qui est l’apprentissage de langues multiples. Tout cela fera le bonheur des puissants, quels qu’ils soient.

suite de l'article sur le blog de jacques attali

Aucun commentaire: