mercredi 6 août 2014

Israël, Syrie : deux étranges « victoires étatiques claironnées »

Notes perso/ j'ai tellement aimé cet article que j'ai voulu le partager avec vous, voiçi entre autres perles de l'article pas trop long cependant, qui remet bien des pendules à l'heure, merci camarade Et si je me réclame d'être anarchiste et athée, ce n'est pas une raison pour être idiot, mais au contraire de m'appuyer sur la lucide géohistoire pour déchiffrer le pourquoi du monde si souffrant de mes frères.

''L'ÉTAT EST FORT, L'ORDRE RÈGNE''. Du moins il y a prétention, en Palestine par Tsahal, en Syrie par l'armée de Assad, tous deux soutenus soit par les USA soit par la Russie. Du point de vue, primordial, de populations si opprimées dans ces deux régions voisines, il y aurait de quoi être bien amers (nous avec...), alors qu'elles luttent tant et tant pour leur dignité, la justice sociale, la liberté.

De bons amis ont déjà bondi à ce que je mette sur le même plan ces deux États forts. Certes, on reconnaît la férocité de ces dictatures sur les populations de Palestine ou de Syrie. Et certes ces amis ont de bien solides-rationnels arguments d'analyse ''géostratégique'', que je ne néglige pas : Oui nous savons que l'US-Empire a toujours ambition de dominer le monde (et sauver son Dieu-$), ce à quoi d'autres puissances osent encore s'opposer, Russie et Chine en tête. Et que, de ce point de vue là, Netayanhu n'est qu'un pion (même indocile) du camp US, cependant que Assad est soutenu tactiquement et puissamment par la Russie de Poutine : mais il ont mêmes méchantes armes !

Il importe donc - et d'abord ! - la souffrance humaine. Ici énorme, de peuples arabes très proches. Et seule la vision de ''géohistoire'' (assez différente de la géostratégie) en rend bien compte, dans ses n. composantes de géographie locale, plus sociologique, culturelle, psychologique... Et in-fine agissantes : libératrices. Dans la complexité de situations d'hommes-femmes complexes, chacun(e).

suite sur l'excellent blog cailloux dans l'brouill'art

Aucun commentaire: