lundi 8 septembre 2014

Obama serait furieux, ses appels à Poutine vont direct à la messagerie vocale

WASHINGTON (The Borowitz Report) — Dans ce qu’il appelle « un acte provocateur et insolent », le président Obama a accusé mardi le Président russe Vladimir Poutine d’avoir commencé à laisser ses appels aller directement à la messagerie vocale.

S’exprimant à la Maison blanche avant le sommet de l’OTAN de cette semaine, Obama visiblement furieux a dit que la nouvelle pratique Poutine consistant à laisser ses appels aller tout droit dans la messagerie vocale « entrave notre capacité à discuter de l’avenir de l’Ukraine et d’autres questions importantes concernant le futur ».

avertissement

Après avoir laissé des dizaines de messages vocaux pour le Président de la Russie, Obama a dit qu’il a tenté de le joindre par courrier électronique dans la nuit de lundi, mais il a reçu une réponse automatique d’absence du bureau.

« Compte tenu de ce qui s’est passé en Ukraine au cours des dernières semaines, il m’est impossible de croire qu’il a été absent du bureau, » a dit Obama.

Le Président a laissé entendre que le fait que Poutine ne réponde pas à ses messages vocaux accroît le risque de sanctions supplémentaires et il a signalé qu’il n’entendait pas appeler de nouveau le Président russe. « c’était mon dernier message vocal », a-t-il dit, ajoutant que la dernière fois qu’il a appelé Poutine sa boîte à messages était pleine.

Rapport Borowitz

Andy Borowitz is a New York Times best-selling author and a comedian who has written for The New Yorker since 1998. He writes the Borowitz Report for newyorker.com.

The New Yorker est un magazine américain qui publie des reportages, de la critique, des essais, des bandes dessinées, de la poésie et des fictions. Auparavant hebdomadaire, il est désormais publié quarante fois par an avec six éditions supplémentaires (en général plus épaisses), couvrant deux semaines.Même si ses critiques et son agenda se concentrent sur la vie culturelle de la ville de New York, The New Yorker a un large public en dehors de la ville grâce à la qualité d’écriture de ses journalistes.

Le caractère cosmopolitain et urbain du magazine se résume dans la rubrique Talk of the Town — Ce qui se dit en ville — qui propose de brefs et vifs commentaires sur la vie et la culture new-yorkaises, la culture populaire, et l’excentrique Americana, même si cette rubrique s’est tournée au cours des dernières années de plus en plus vers le commentaire politique. Ses bandes dessinées, célèbres caricatures et ses nouvelles ont permis à ces genres une meilleure considération littéraire aux États-Unis.

via

Aucun commentaire: