dimanche 21 septembre 2014

Une Algérienne pourrait trôner au prochain Royaume du Sunnistan d'Irak

Notes perso : son papa est originaire de l'Algérois-Titteri ( Tablatt plus précisement, et alors qu'elle ce qu'elle a Tablat, elle peut donner aussi des Princesses LoL ) il n'est autre que l'ancien Ministre des affaires étrangères, Mr Lakhdar Brahimi

Al-Qaïda et l’Émirat islamique

Au passage, notons que la distinction entre Al-Qaïda et l’Émirat islamique semble très artificielle. Au cours des derniers mois, on a beaucoup dit et écrit que les projets des deux organisations étaient fondamentalement différents : le premier prêchant le djihad mondial et le second la réalisation immédiate du califat dans une partie du monde seulement. Or, dans sa vidéo du 3 septembre, l’émir d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a fixé comme objectif d’instaurer un califat en Birmanie, au Bangladesh et dans certaines parties de l’Inde. Il n’en reste pas moins vrai que si l’Émirat islamique est une scission d’Al-Qaïda, il en diffère par sa capacité à recruter et à administrer les territoires qu’il contrôle. Il dispose en effet en son sein de deux services nouveaux : un cabinet de relations publiques, qui publie des vidéos et des rapports d’activités comme une multinationale états-unienne, et des administrateurs civils, équivalent de préfets. La seule école militaire au monde qui forme à la fois et uniquement des chargés de communication et des administrateurs civils, c’est celle de l’armée de terre US à Fort Bragg.

La suite du plan

Dans les mois à venir, le Kurdistan devrait exiger et obtenir son indépendance, tandis que l’Émirat islamique sera repoussé en Syrie par une vaste coalition constituée à l’initiative des États-Unis. Logiquement, les sunnites irakiens refuseront alors de retomber sous l’autorité de Bagdad et demanderont leur indépendance.

Dans le cas où ils l’obtiendraient, Washington imposera une monarchie et confiera le trône à la famille hachémite. Le prince Ali et son épouse, la princesse Rym (fille de Lakhdar Brahimi et ancienne présentatrice de CNN) en deviendraient les souverains.

En échange, la Jordanie adopterait le projet de loi plusieurs fois rejeté selon lequel il accorderait sa nationalité aux habitants de Gaza. Le Royaume ayant rejoint le Conseil de coopération du Golfe, les Gazaouis pourraient alors quitter leur pays pour travailler en Arabie saoudite ou aux Émirats en tant que Jordaniens (et pas en tant que Palestiniens). La question du transfert de population seraient alors réglée avec le temps.

Cependant, ce plan cynique pourrait être bousculé par la Russie. Moscou vient en effet d’annoncer qu’il n’avait pas besoin d’attendre la réunion du Conseil de sécurité qui va débattre de la lutte contre l’Émirat islamique pour le combattre.

l'article complet sur voltaire net

Aucun commentaire: