mardi 25 novembre 2014

Après le passage de Boutef en villégiature, Grenoble veut ressembler à une dictature

Soyons franc, moi perso je regrette le temps de la dictature de Boumedienne lorsqu'il s'agissait de ce 'truc' bien précis, la protection de l'environnement, et l'un de des ennemis c'est la publicité partout sur les murs, amochant le paysage et engraisser les parasites des publicitaires sans foi ni lois ( enfin les lois, c'est eux et leur protecteurs politiques qui les décrètent sur mesure ) et comme tout le monde ou presque a oublié ce qu'est une ville sans publicité, y'a qu'à voir les reportages sur la corée du nord, ce blog en est friand

le passage de Bouteflika dans la ville de Grenoble, a eu des conséquences inattendues, il parait, en fait, c'est une plaisanterie, qu'il y aurait eu manifestations contre sa visite, le bon peuple Grenoblois local a eu peur qu'après son passage, l'hopital de leur ville fermera à son tour comme celui de val de grace à Paris, la baraka de Boutef en sens inverse si j'ose dire

plus sérieux et plutot officiel, c'est donc la décision d'oter toute publicité des murs de la ville, une première en Europe, je ne vais faire le lien entre les deux informations, j'en trouve pas, peut etre un signe de bienvenue la ville pour encourager les visites de ce président ex-allié du bloc communiste ( ça doit rapporter sans doute, ne serait ce qu'avec les dépenses de l'entourage présidentiel )

toujours est il, que Jacques ségéla le gourou Français de la publicité ( le fameux fils de P ) a osé le dire, Grenoble veut ressembler à Alger, pardon à Pyang Yang

J. Séguéla : “Méfions-nous des castrateurs d’imaginaire !”

ENTRETIEN – La ville de Grenoble a décidé de bannir l’affichage publicitaire dans l’espace urbain. Son contrat avec JCDecaux ne sera pas reconduit. Un coup de tonnerre dans le monde de la communication. Toujours actif et réactif, Jacques Séguéla, figure du marketing publicitaire et politique, ex vice-président d’Havas en charge de la création, nous livre son point de vue sur cette décision.

lire l'ENTRETIEN au complet

Aucun commentaire: