jeudi 27 novembre 2014

Débat sur la Femme Arabo Musulmane, pas ses cheveux, ce sont ses yeux qu'il faut arracher !!

Ci dessous, une Chronique fort sympathique comme c'est toujours le cas avec l'Ecrivain Amine Zaoui dans le quotidien Liberté à l'occasion de la journée de sensibilisation contre la violence faites aux Femmes ( Au Programme: on va gronder les hommes méchants ),

il s'est posé une question pertinente et percutante, mais tellement embarassente j'imagine qu'il a feigné d'ignorer la réponse, j'ose une hypothèse, à découvrir en bas du billet

Femme, œil, chevelure ou liberté ?

Après un voyage passionnant, de lecture et d’étude, consumé en bonne compagnie de la poésie arabo-musulmane classique, moderne et melhoune, je me demande, en réalité cette question m’a toujours hanté l’esprit, ceci perdure depuis mon enfance littéraire, depuis mes premières lectures: pour le poète, quelle est la partie du corps féminin symbolisant le centre énergétique de la séduction et de la fascination? Le poète, le vrai poète, est l’œil qui ne dort jamais. Ne rate point la magie de la beauté éveillée autour de lui, en lui ou dans la langue.

À travers les quinze siècles de la littérature arabe, tantôt riche, tantôt controversée, le poète comme l’enchanteur narrateur, ne cesse de nous confirmer sans ambiguïté aucune qu’aux yeux de l’homme arabo-musulman “Al Ayne’, “l’œil” féminin est considéré comme l’organe corporel le plus séduisant. Le plus captivant. Le plus troublant ! Regard attrayant! Et Satan, confrère de la fitna, préfère la beauté de l’œil féminin comme demeure définitive! Mais si l’œil est la demeure du Satan, pourquoi est-ce que la femme musulmane, au nom de la discrétion, au nom de la pudeur, au nom de la hachma, au nom d’une certaine religion cache ses cheveux ? La littérature arabe, depuis el Mouallaqat, jusqu’au Nezar Kabani, en passant par les Mille et Une Nuits, Omar Ibn Abi Rabia et Abou Nouas… n’a pas évoqué ou peu la chevelure comme facteur de séduction, de fitna ou d’attirance ! Les cheveux d’une femme ne font pas bois pour un feu satanique ! Dans la littérature arabe, Satan préfère habiter la beauté de l’œil féminin !!

L’œil féminin est le chemin du Satan ! Pour un arabo-musulman, l’œil est la source de tous les désirs charnels ! La sédition !! Les poètes arabes, en arabe classique ou en dialectes, ont chanté, à la folie, la couleur de l’œil de leur bien-aimée : l’œil noir. L’œil bleu. L’œil vert. L’œil amande.L’œil mielleux.

En folie exceptionnelle, ils ont chanté aussi la forme de cet œil, les cils et sourcils : large, incliné, courbé, arrondi, gai, rieur, espiègle, ensommeillé… Mais rien n’a été dit sur la chevelure en tant que moteur de séduction ou de fascination, ou presque ! Dans la logique morale ou moraliste la plus élémentaire, et afin de chasser Satan, qui n’est que le regard assoiffé de l’homme, la femme musulmane devrait cacher ses yeux au lieu de cacher sa chevelure.

Paradoxe ! Mais en toute contradiction et dans l’illogique, la femme musulmane cache sa tête, pour laisser Satan libre dans ses yeux ! Intelligence, rouerie ou ruse! La femme voilée, les cheveux bien dissimulés, celés dans un foulard orné, n’hésite pas à mettre en valeur ses yeux en les maquillant d’une façon spectaculaire ! Celle à laquelle le Bon Dieu n’a pas procuré une paire d’yeux avec une belle couleur, ne recule pas devant un autre choix, celui de porter des lentilles aux couleurs sollicitées !!

Appel au Satan ! Satan habite les beaux yeux !! Et cela ne dérange en rien les gardiens de la morale musulmane! Bizarre, n’est ce pas ! Et je continue mon voyage passionnant, en compagnie de la poésie qui célèbre la femme libre, belle et rebelle!

texte d'origine

- Lancement d'une caravane de sensibilisation à Alger

-Le Forum de “Liberté” reçoit Me Kaoutar Kirikou et Me Fatima-Zohra Benbraham

Mon hypothèse sur la question des cheveux des femmes en Islam et leur "protection" des yeux des hommes remonte sans doute aux rites juifs, il n'y a pas à ma connaissance d'autres raisons.

Aucun commentaire: