lundi 3 novembre 2014

La pour-suite BHL, le peuple Tunisien n'est pas Anti Sioniste, il est conspirationniste !

A la gauche de Lévy, Fadil Lamine, président du Conseil de Dialogue National; Gilles Hertzog, le compagnon de tous les combats; Waheed Burshan, rencontré dans le Djebel Nefousa du temps de la révolution libyenne; et Nouri Cheriou, grande figure des Amazighs. De Tunisie, point n’est question.

Notes perso : BHL en compagnie avec une grande figure des Amazighs, il faut etre aveugle pour ne pas voir ou se situe un des chantages connus des impérialistes pour diviser le Peuple Maghrébin, et ça remonte à loin dans le temps, les Libyens avec leur révolution de rats n'ont pu créer ni Gouvernement viable, ni Etat, ni réèlle préoccupation identitaire plus instrumentalisée que valorisée

en revanche,deux drapeaux flottent à tous les coins de rue, on attend d'autres, y'a pas de raison qu'on se contente de si peu de drapeaux, et cerise sur le gros gateau la Banque centrale de Benghazi, crée avant meme l'éviction de Kadhafi

EXCLUSIF. La vérité sur le voyage de BHL en Tunisie !

Bernard-Henri Lévy, la Tunisie et la Toile : 24h de délire conspirationniste

Mon Dieu, quel déferlement grotesque de folie. Mon ami Bernard-Henri Lévy part passer 24 heures à Tunis pour y rencontrer de vieux amis libyens et voilà la presse tunisienne qui part dans un délire absurde où BHL apparaît tantôt comme un diable surpuissant, tantôt comme un comploteur animé de noirs desseins contre le pays du jasmin, tantôt comme l’homme qui serait capable à lui tout seul de renverser la jeune démocratie tunisienne.

Peu importe qu’il ait été le premier intellectuel français à soutenir, dès le premier jour, la révolution tunisienne ! Peu importe qu’il ait appelé, à l’époque, à “hacker” les sites officiels de Ben Ali ! Peu importe que la lutte contre l’islamisme radical, le jihadisme, soit le grand combat de sa vie ! C’est tout un délire paranoïaque qui semble s’être emparé de la Toile tunisienne à partir de l’instant où il a, comme n’importe quel touriste, foulé le sol de Tunis.

Cela serait risible si la Tunisie n’était ce pays si important, si beau, et si en pointe dans la bataille pour la liberté dans le monde arabe. En tout cas, au risque de vous décevoir, chers amis tunisiens, je vous le révèle ici avant que Bernard-Henri Lévy, j’imagine, n’y revienne. Sa visite n’avait rien à voir avec la politique tunisienne. Il était là pour parler Libye, je répète: de Libye, avec quelques femmes et hommes dont certains apparaissent sur cette photo, prise en toute transparence, sans complot ni secret, au restaurant d’un hôtel des environs de Tunis qui s’appelle l’Hôtel Résidence.

Liliane Lazar (Professeure à Hofstra University, Long Island)

la règle du jeu, revue à Bhl

Aucun commentaire: