mardi 4 novembre 2014

Toute notre société est devenue bédouine, preuve par notre ministre Hamid Grine

Le ministre est décrit comme un personnage éructant l’ambition démesurée. «Il est sans foi ni loi et il est capable de marcher sur des cadavres pour atteindre ses objectifs», confie un de ses anciens collègues.

Message aux opérateurs privés, qu’ils soient nationaux ou internationaux : choisissez bien votre support, ne brouillez pas votre image en l’associant aux journaux qui diffament, quel que soit leur tirage.» Pathétique appel à censure concertée d’un ministre de la Communication, Hamid Grine en l’occurrence, ne craignant ni le ridicule de l’entreprise ni la honte infligée à l’Etat républicain, contraint désormais d’endosser publiquement la mise à mort programmée de titres indépendants de la presse nationale. «C’est un nouveau palier, estime Nasredine Lezzar, qui vient d’être atteint dans le crescendo de la censure et de l’intimidation.» Pour ce juriste, spécialiste de l’arbitrage international, l’objectif d’un tel appel est clair : instiller un climat de peur au sein des annonceurs.

Prélude à une reconfiguration du paysage médiatique

«Les opérateurs privés, dit-il, qui avaient cassé le monopole public,

suite sur elwatan

Aucun commentaire: