jeudi 12 mars 2015

Daesh et sa venue énigmatique, un faire valoir du terrorisme étatique !

Par Robert Bibeau. 11.03.2015.

Nous avons consulté des dizaines d’articles publiés par la mouvance islamiste qui présente l’intégrisme djihadiste comme la réponse des peuples opprimés aux atrocités subies dans leurs pays soumis. Nous avons compulsé des dizaines d’articles de la presse de droite qui dénonce les malversations commises par les groupes djihadistes commandités et qui appelle à la guerre sainte pour défendre «nos valeurs» (sic), «notre liberté démocratique» et notre «patrie» en danger (sic). Nous avons observé la presse de gauche, terrifiée à l’idée d’être associée à ces terroristes à la petite semaine, et qui apostasie djihadistes et islamistes sans même opposer le fondamentalisme terroriste étatique, et se complaît à forger des fronts-unis «anti-islamophobies». Nous avons épié la presse gauchiste qui répudie la religion, opium des opprimé(e)s, et appel à diriger elle-même la croisade fasciste impérialiste. Lisez plutôt : « L’ignoble attentat contre Charlie Hebdo fait le jeu de l’État et affaiblit la seule classe, la classe ouvrière, qui peut battre concrètement le fanatisme religieux là où il s’enracine (…) L’attaque contre Charlie Hebdo impose au prolétariat de se charger directement et sans tarder de la lutte sans merci contre le fanatisme religieux violent qui renforce l’État et qui accroît la division au sein des exploités et des opprimés » (1).

Charlie Hebdo encore et encore…

Devons-nous rappeler que l’agression contre Charlie hebdo fut l’attaque d’une alliance impérialiste contre les sous-fifres symboliques de l’alliance impérialiste concurrente. En aucun cas cette attaque ne concerne le prolétariat. La clique capitaliste visée par cette attaque tente aujourd’hui de mobiliser les ouvriers afin de les lancer comme chair à canon dans une guerre de reconquête pour le contrôle des hydrocarbures.

Terrorisme libéralisé et terrorisme institutionnalisé

Étrangement, aucune de ces presses gauchiste, centriste et droitiste ne semble comprendre qu’elle déblatère à propos de manifestations de terrorisme «libéralisé» – à la petite semaine – ignorant totalement le grand terrorisme institutionnalisé, le terrorisme à grande échelle, le terrorisme étatique (23 000 têtes nucléaires, 11 porte-avions US, des dizaines de sous-marins nucléaires, des dizaines de millions de soldats, un univers carcéral démentiel (dont Guantanamo + 2,5 millions de prisonniers aux É.-U.), la torture légalisée par laquelle meurent chaque année, oubliée, des centaines de résistants sacrifiés. Chaque jour, aux États-Unis et dans moult autres pays, la télévision donne à voir des assassinats publics de gens qui résistent à la police (2). Pas un phylactère de ces énergumènes de droite, de centre et de gauche sur la mère de tous les terrorismes fétiches, l’impérialisme décadent.

L’islamisme est aux sociétés orientales ce qu’est le nationalisme aux sociétés occidentales

La gauche se trompe en droit, en fait, et en économie politique quand elle tente d’expliquer l’émergence du djihadisme et de l’islamisme comme un monstre fruit des activités conspirationnistes des services secrets des pays impérialistes. Que les officines et les services secrets de multiples pays impérialistes pêchent en eau trouble au

suite de l'article

Aucun commentaire: