mercredi 18 mars 2015

Mon Analyse à chaud de l'Attentat du musée Bardot

Le coup de départ de la "Révolution dégage" n'a été prévu par personne, la suite et le résultat du "printemps" non plus n'a pas été deviné mais tout de meme pas au point de croire que c'était une révolution, tout au plus, une révolte

en revanche, depuis le premier coup de fou "terroriste", des preuves flagrantes nous ont sauté aux yeux que tout ce cirque a été "bien préparé", ou du moins "accompagné" par des usurpateurs prédateurs attendant patiemment à guetter leur proie,

Entretemps, malgré les élections pluralistes et démocratie de façade, on ne pouvait pas ne pas deviner ou cela menera, c'est le chaos "controlé",

la Tunisie n'est en réalité que juste un tout petit pion sur l'échiquier du moyen orient et l'afrique du nord, les enjeux dépassent largement ce petit territoire qui n'a aucun rapport avec une "suisse havre de paix" avec son historique atypique

ce qui se passe en Tunisie n'est que la suite du plan diabolique et machiavélique déjà éprouvé par les Algériens dans les années 90, et les autres pays arabes et musulmans ( Pakistan, Somalie, Yemen etc )

Les dirigeants Arabes et Musulmans sont pris en otage, ou bien ils sont carrément mafieux eux meme, c'est souvent le cas d'ailleurs, ou alors, ont un encadrement étatique corrompu "pré sélectionné" depuis longtemps ( principe de Peter ) au point de figer toute initiative, et si par malheur, il y a une personne qui glisse au "système", il sera froidement abattu,

cela avait commencé par Boudiaf, et concernant la Tunisie, ils ont eu leur Boudiaf de la meme façon, meme s'il n'était pas président

moralité donc pour cet attentat, ce n'est qu'un épisode et un coup de pousse pour pourrir un peu plus une situation qui avait l'air un peu figée, remettre les pendules à l'heure, épauler pour la meme occasion les "djihadistes" de Chaamba pas trés convaincants et surtout distiller savamment le venin de la terreur dans une société qui croit naivement que les elections et le tourisme mettraient le pays à l'abri d'une fatalité que tout le monde a en tete, ces évènements dépassent largement la tete des Tunisiens, la question de cette terreur est mondiale, et ne s'arretera que lorsque ses instigateurs s'arreteront

qui sont les instigateurs ? demander qui a commencé à faire de l'Afghanistan un merdier sans nom, le Pakisan une fosse sceptique, l'Irak un cimetière, la Syrie des ruines, la Libye un nid de guepes, et l'Afrique sub sahara, une proie d'un mysterieux serpent venimeux ( Boko haram )

cette main est assurément étrangère mais utilise les ressources locales et à distance, avant tout, elle a un interet bassement mercantile et un combat économique à mener, il peut s'agir d'un Etat, d'une organisation ou un groupe d'hommes d'affaires mafieux, ça ne sert strictement à rien de le savoir, du moment que nos sociétés ont perdu leur repères et donc tout moyen d'identification de l'ennemi afin de lui résister, encore moins le combattre !

ce qui est désespérant, c'est que les populations concernées ne leur vient meme pas l'idée d'essayer de prendre le taureau par les cornes, les guerres civiles et la terreur sert en grande partie à figer tout un chacun dans l'immobilisme et la peur,

la corruption a gagnée toutes les classes sociales, du clan présidentiel jusqu'au petit fonctionnaire, l'ennemi en forme de vagues scélérates impossible à identifier,ou alors croit on à tord le savoir, et donc, meme les révolutions ne suffiront pas, encore moins de banales révoltes socio-économiques en guise de réponses à une prédation mondiale sans précédent.

une seule solution et pas des plus simples, en dehors d'un cataclysme naturel salvateur, ou alors l'obligation du reveil permanent des peuples, et cela dans le contexte actuel est impossible ou presque.

Aucun commentaire: