dimanche 5 novembre 2017

Cinéma Algérien : RIP Mahmoud Zemmouri

La scène cinématographique algérienne a perdu avec la disparition, samedi, de Mahmoud Zemmouri un réalisateur d’exception, qui a marqué le septième art algérien de son empreinte avec des œuvres du répertoire de la comédie et du mélodrame. Natif de Boufarik, Mahmoud Zemmouri qui a passé la majeure partie de sa vie en France fut acteur, scénariste et réalisateur. Il a entamé sa carrière d'acteur en 1977 dans le film L'Autre France de Ali Ghanem, avant d'interpréter de nombreux rôles dans des productions françaises et étrangères pour le cinéma et la télévision. Il a également joué dans certains de ses films, dont 100% arabica (1997),

L'honneur de la tribu (1993, adaptation du roman de Rachid Mimouni) et Blanc d'ébène (1992) de Cheikh Doukouré (1991). Comme cinéaste, il a réalisé Prends 10 000 balles et casse-toi (1981), Les folles années du twist (1986), De Hollywood à Tamanrasset (1991), L'honneur de la tribu (1993), 100% arabica (1997), Beur, blanc, rouge (2006) et Certifié Hallal (2015). L'immigration et les conditions sociales de la deuxième génération d'immigrés étaient les thèmes de prédilection des œuvres cinématographiques de Mahmoud Zemmouri. Le défunt a également abordé avec courage et sans complaisance aucune d'autres sujets intéressant les Algériens en dépit des polémiques et des réactions suscitées. La dépouille de Mahmoud Zemmouri, décédé samedi dans un hôpital à Paris (France), sera rapatriée dimanche pour être inhumée à Boufarik, a-t-on appris auprès de ses proches. (APS)

VIA LIBERTE DZ

Aucun commentaire: